Samuel GALLET

2015 - Le gardien de la paix Samuel Gallet est victime d'un arrêt cardiaque au retour d'une intervention très difficile à Berck.

Âgé de 35 ans, il était père de quatre enfants et vivait maritalement avec Amélie à Rang-du-Fliers.

Mardi 15 Décembre 2015. Un équipage de police composé d'un gardien de la paix et de deux adjoints de sécurité est sollicité sur un différend familial Rue Docteur-Calot à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais).

Lorsque les policiers se présentent vers 15h10 au domicile concerné, ils sont invités à entrer par une femme qui se plaint de violences conjugales. Mais à l'intérieur cette dernière change brutalement de comportement, se munie d'un couteau, et tente de porter des coups aux intervenants.

Le gardien de la paix Samuel Gallet se blesse légèrement la main en la maîtrisant difficilement. Les policiers découvrent qu'elle dissimulait également un second couteau. Virginie Delbar, quarante-trois ans, est emmenée au commissariat local afin d'y être placée en garde à vue.

Alors que le policier blessé est sur le point de rédiger son rapport d'intervention, il est de façon soudaine victime d'un arrêt cardiaque. Malgré la mise en place d'une structure mobile d'urgence et de réanimation, le jeune policier décède sur place à 17h40.

Une information judiciaire est ouverte au tribunal de Boulogne pour "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique". La police judiciaire de Coquelles est chargée de l'enquête.

Lundi 21 Décembre 2015. Les obsèques officielles du gardien de la paix Samuel Gallet ont lieu au commissariat de Berck. Originaire du Pas-de-Calais, il avait trente-cinq ans et était père de quatre enfants : Léa, Yona, Morgan et Camille. Il vivait maritalement avec Amélie à Rang-du-Fliers.

Entré en école de police à Oissel en 2000 en tant qu'adjoint de sécurité puis affecté à Berck jusqu'en 2003, il entre au centre de formation à Sancerre et rejoint à l'issue de sa scolarité la Police aux frontières de Coquelles de 2005 à 2009. A sa demande, il obtient une mutation à la Circonscription de sécurité publique de Berck.

Décrit comme éloquent et joyeux, d’une joie de vivre communicative et attachante, il reçoit les insignes de l'ordre national du mérité et la médaille d'honneur de la police nationale échelon or. Cité à l'ordre de la nation, il est nommé Major de police à titre posthume et repose désormais à Rang-du-Fliers.

Mardi 5 Avril 2016. Virginie Delbar se suicide dans sa cellule, à la maison d'arrêt de Séquedin.

Sources :
La Voix du Nord, article du 05/04/2016, "Prison de Séquedin : Virginie Delbar [...] retrouvée pendue"
La Voix du Nord, article du 21/12/2015, "Berck, Hommage à Samuel, policier fier de porter l'uniforme"
Journal officiel n°0007 du 9 janvier 2016, texte n° 32, "Citation à l'ordre de la nation"

Christophe BOUISSOU

2015 - Le brigadier-chef principal Christophe Bouissou est abattu par un individu muni d'une arme d'épaule automatique et lequel menaçait de tuer son épouse, près de Cavalaire. Marié à Nathalie, il avait 43 ans.
Lundi 7 Décembre 2015. Trois agents de la police municipale de Cavalaire-sur-Mer (Var) interviennent dans un contexte de violences conjugales sur fond de menaces de mort chez un couple de sexagénaires domicilié dans le domaine des Collières.

Sur place, la situation semble extrêmement tendue et les policiers mettent en place un dispositif autour de l'habitation dans l'attente qu'un peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie locale intervienne. L'époux est effectivement connu pour sa dangerosité, son instabilité, et présente des antécédents de violences avec arme l'ayant conduit à une condamnation à un an de prison en 2010.

Muni d'une arme d'épaule automatique de marque Sig Sauer détenue illégalement, Elie Verbasco, soixante-cinq ans, monte à bord d'un buggy et préfère prendre la fuite. Mais à la vue du véhicule d'intervention, il fait feu sans sommation en direction des policiers et blesse deux agents dont l'un très grièvement avant de prendre la fuite dans le massif des Maures.

Mardi 8 décembre 2015. Originaire de Mauriac (Cantal), le brigadier-chef principal Christophe Bouissou, quarante-trois ans, décède des suites de ses blessures à l'hôpital Sainte-Anne de Toulon. Décrit comme une personne joviale, humble, il était passionné de rugby et était membre actif et bénévole du Racing club du Golfe. Marié depuis 2012 avec Nathalie, il officiait sur la commune de Cavalaire depuis une quinzaine d'années.

Dans la même journée Elie Verbasco est finalement localisé vers 17h00 dans une forêt de la commune de Rayol-Canadel par les services de gendarmerie qui avaient quadrillé l'ensemble de la zone. Après deux tirs déclenchés par le tueur et une négociation infructueuse, ce dernier décidait de mettre fin à ses jours en retournant son arme contre lui.


Sources :
Var Matin - articles en ligne des 07 et 08/12/2015
Nice-Matin, article du 09/12/2015, "Qui est Christophe Bouissou, le policier tué à Cavalaire ?"

Liens similaires