Cyril GENEST & Boris VOELCKEL

2013 - Deux agents de la BAC75N sont tués par le conducteur d'un véhicule suspect refusant d'obtempérer sur le périphérique parisien.
Jeudi 21 Février 2013. Un 4x4 Range Rover noir aux vitres teintées, monté par deux individus, circule à hauteur de la Porte Maillot à la limite des 16/17èmes arrondissements de Paris. Il s'agit d'un véhicule de location placé sous surveillance par le groupe d'intervention régional local dans le cadre d'une enquête sur la société de location elle-même, ainsi que sur le train de vie douteux d'une partie de sa clientèle.

Le conducteur, Malamine Traoré, vingt-deux ans, originaire de Belleville et très défavorablement connu des services de police, est en état d'ivresse et délesté de permis de conduire suite à de très nombreuses infractions au code de la route commises auparavant. A ses côtés dans le même état, Mehdi Bensassou, vingt-et-un ans.

À 5h38, le Range Rover est repéré par un équipage de la brigade anti-criminalité de la Préfecture de Police (BAC75N) alors que le conducteur prend des risques importants, circulant de façon anarchique à très vive allure, et commettant de nombreuses infractions au code de la route. Les policiers décident de procéder au contrôle du véhicule mais le conducteur refuse d'obtempérer et emprunte aussitôt les voies expresses du périphérique intérieur en direction de la Porte de la Chapelle.

Le 4x4 circule à une vitesse insensée et les policiers qui se laissent distancer donnent sa direction de fuite par moyens radio. Plus en amont, un second équipage de la BAC75N circulant à allure réduite, muni de leur gyrophare en action, tente de ralentir le flux de circulation pour permettre l'interpellation des occupants du 4x4.

Alors que le Range Rover atteint la sortie de la porte de la Chapelle à une vitesse inouïe, il percute délibérément* avec une extrême violence l'arrière de la Ford Mondéo du second véhicule de la BAC75N, et anéantit son équipage. A bord se trouvent trois policiers très expérimentés.

Le Brigadier-chef Cyril Genest, quarante ans, et le Brigadier Boris Voelckel, trente-deux ans, sont tués sur le coup. Le Brigadier-chef Frédéric Kremer, cinquante-quatre ans, est très grièvement blessé, et son état inspire les pires inquiétudes. Il est transporté à l'hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), puis transféré à Bichat-Claude Bernard.

Les auteurs du drame, indemnes, sont interpellés et pris en charge dans les locaux de la brigade criminelle de la Préfecture de police. Le conducteur doit répondre d'un taux d'alcoolémie de 1,4g/litre de sang.

Samedi 23 Février 2013. Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire aux motifs de "meurtres et tentatives de meurtres aggravés de personnes dépositaires de l'autorité publique", "refus d'obtempérer", "conduite sous l'empire d'un état alcoolique en récidive" et "conduite sans permis en récidive" à l'encontre du conducteur : Malamine Traoré, vingt-deux ans, originaire de Belleville ; de "complicité de meurtres aggravés", "détention, transport ou usage de stupéfiant" pour le passager, Medhi Bensassou, vingt-et-un ans. En outre, la perquisition menée à son domicile amène à la découverte incidente de 100 grammes de résine de cannabis, 30 grammes de cocaïne. Tous deux sont placés en détention provisoire.

Mardi 26 Février 2013. Les obsèques officielles des deux policiers tués se tiennent dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police.

22 Avril 2013. Cérémonie d'hommage au siège de la BAC75N, Boulevard Bessières dans le 17ème arrondissement de Paris, en présence du ministre de l'intérieur et de Frédéric Kremer, alors nommé Lieutenant de police à titre honoraire.

6 Septembre 2015. Une ordonnance de mise en accusation rendue par le juge d'instruction ne retient pas l'intention de tuer ; Malamine Traoré devra désormais répondre de "coups et blessures volontaires ayant entrainées la mort sans intention de la donner", chef d'accusation passible de 15 ans de prison maximum aggravé par le refus d'obtempérer, la conduite sous l'empire d'un état alcoolique et la conduite sans permis.

Mercredi 30 Novembre 2016.  La cour d'assises de Paris condamne Malamine Traoré à 12 ans de réclusion criminelle pour"violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner".
Originaire de l'Alsace, le brigadier Boris Voelckel vivait maritalement avec Céline ; il était père d'un petit Ewan, âgé d'un an, et de Chloé, âgée de sept ans.

D'abord affecté à la circonscription de sécurité publique de Pantin (Seine-Saint-Denis), il rejoignait la brigade anti-criminalité de la direction de la police urbaine de proximité de Paris en 2007.

Il est cité à l'ordre de la nation et élevé à titre posthume au grade de Lieutenant de police. Il est nommé chevalier de la légion d'honneur, et reçoit également la médaille d'or pour acte de courage et de dévouement.
Originaire de l'Oise, le brigadier-chef Cyril Genest était marié à Aurélie, et père de deux petites filles, Louise, quatre ans et Emilie, deux ans.

D'abord affecté au 18ème arrondissement de Paris, il rejoignait la brigade anti-criminalité de la direction de la police urbaine de proximité de Paris en 2003. Il est cité à l'ordre de la nation et élévé à titre posthume au grade de Capitaine de police.

Il est nommé chevalier de la légion d'honneur, et reçoit également la médaille d'or pour acte de courage et de dévouement.






Sources :
(*) propos de François Molins, Procureur de Paris)
JORF n°0050 du 28 février 2013 page 3769, textes 57 et 58, "Citations à l'ordre de la nation"
JORF n°0107 du 8 mai 2013 page 7819, texte n1 et 2, "Décret portant promotion et nomination"
Le Parisien du 08/05/2015
Le Parisien du 28/02/2013 

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.