Patrick MOLL

2012 - Le Commandant de police Patrick Moll est victime d'un accident de la circulation alors qu'il intervient sur une scène de crime. Il avait 58 ans.
Mercredi 15 Janvier 2012. Le Commandant de police Patrick Moll, cinquante-huit ans, de l'antenne de la Police Judiciaire de Metz (Moselle), est victime d'un accident de la circulation sur l'autoroute A31 à hauteur de la commune d'Autreville-sur-Moselle, alors qu'il se rend sur une scène de crime près de Yutz. Il succombe le 17 Février à ses blessures après cinq semaines de coma.

Décrit comme un "flic à l’ancienne", ce père de famille a traversé les époques en cultivant sa bonne humeur malgré la lourdeur des affaires judiciaires qui ont pavé son chemin. De Nancy, où il a passé la majeure partie de sa carrière, à Metz, l’homme, autant que le policier, a toujours fait l’unanimité. Passionné, attaché à son service dont il était, à la fois, un adjoint fidèle, l’ancien à qui l’on venait demander conseil, le confident, et le papa, Patrick Moll de rempiler pour une année supplémentaire alors que la retraite lui tendait les bras.

Avec pour moteur, l’envie de faire éclater la vérité de certains dossiers et de rendre justice aux victimes. «Avant de m’arrêter, je compte bien livrer à la justice les individus qui ont monté le guet-apens mortel du fourgon blindé, à Metz-Nord», disait--il souvent, dans l’intimité de son petit bureau, au troisième étage de l’hôtel de police. Un espoir fauché brutalement.

Par décret du président de la République, Patrick Moll, commandant de police à l'emploi fonctionnel, mortellement blessé dans l'exercice de ses fonctions, est nommé, à titre posthume, dans le corps de conception et de direction de la police nationale, au grande de commissaire divisionnaire de police.
Sources :
JORF n°0053 du 2 mars 2012 page 4019, texte n° 47, "Citation à l'ordre de la nation"
Le Républicain Lorrain, article du 18/02/2012, "Metz: le numéro 2 de la police judiciaire est décédé"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.