Yvan LLOPIS

2008 - Le brigadier-chef Yvan Llopis est est fauché par le conducteur d'un véhicule alors qu'il supervise un contrôle routier.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mardi 26 Février 2008. Le brigadier-chef Yvan Llopis supervise un contrôle routier sur l'Avenue Félix Gouin à Istres (Bouches du Rhône). Cette artère située en plein centre, est si dangereuse que la vitesse se trouve limitée à 45km/h.

Vers 11h30, Alain Truffert, trente-neuf ans, conduit sa camionnette sur la même avenue. Il ne circule pas à une vitesse excessive, et n'a pas bu d'alcool, ni consommé de produits stupéfiants. Pour une raison encore ignorée, ce dernier fauche le policier qui essayait de l'intercepter.

Yvan Llopis décède des suites de ses blessures le lendemain à l’Hôpital Nord de Marseille. Il avait quarante-deux ans et était marié à Sandra ; il laisse ses deux enfants Rémi, treize ans, et Chloé huit ans.

Décrit comme un grand sportif très investi auprès des jeunes à travers le football, il avait fait "Sport Études" à Cannes, mais après un accident de cyclomoteur, sa carrière sportive professionnelle a été compromise. Il a passé avec succès le concours de gardien de la paix en 1988.

Originaire de l'Hérault, il avait commencé sa carrière à Paris, avant d'être muté à Marseille, à la Ciotat, et enfin à Istres, où il dirigeait l'unité d'ordre public et de sécurité routière. Terrible ironie du sort, il était devenu l'interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en matière de sécurité routière et d'accidentologie.

La Rue Chantournée, jouxtant le commissariat, porte désormais le nom Yvan Llopis.

Relaxé en première instance, Alain Truffert est condamné en appel par tribunal d'Aix-en-Provence à douze mois de prison avec sursis et un an de suspension de permis de conduire.

Sources :
Journal officiel du 07/03/2008, page 4268, "Citation à l'ordre de la nation"
La Provence du 26/11/2010, "Prison avec sursis pour celui qui a fauché le policier Llopis"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.