Mickaël TOMASZEWSKI

Mardi 2 Décembre 2008. Le gardien de la paix Mickaël Tomaszewski, vingt-neuf ans, est victime d'un accident de la route sur le trajet entre son domicile et son service, au Centre d'Information et de Commandement de Melun (Seine et Marne). L'accident s'est produit sur la nationale 36. Une camionnette a glissé et percuté sa Peugeot 205 venant en sens inverse.

Originaire de Meaux, Mickaël Tomaszewski était en poste au commissariat de Melun depuis 2002.

Fabrice RUFFIN

2008 - Le gardien de la paix Fabrice Ruffin est fauché alors qu'il sécurise les lieux d'un accident de la route.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mercredi 4 Juin 2008. La brigade anti-criminalité de Menton (Alpes-Maritimes) décide de porter assistance à un équipage police-secours qui intervient sur un accident de la circulation sur la route départementale 6007 à Beausoleil. Il est 23h15.

L'accident se trouve dans une courbe et la chaussée est mouillée ce qui complique l'intervention malgré un balisage renforcé des lieux. Le gardien de la paix Fabrice Ruffin se trouve sur le trottoir pour indiquer aux conducteurs se présentant dans le virage de ralentir ; mais un utilitaire conduit par un automobiliste italien roulant à vitesse très excessive surgit. Surpris, il perd le contrôle de son véhicule et vient faucher le jeune policier.

Fabrice Ruffin décède des suites de ses blessures le lendemain. Célibataire, il avait trente-quatre ans. Il est nommé brigadier-major de police à titre posthume. (suites judiciaires ignorées)

Sources :
Var Matin, article du 06/06/2009, "Menton : hommage au gardien de la paix Fabrice Ruffin"

Mickaël JOMARD & Sylvain COURBON

2008 - Deux gardiens de la paix circulant à moto en route vers le commissariat de Vénissieux sont fauchés par un camion dont le conducteur est en état d'ivresse.
Vendredi 18 Avril 2008. Deux gardiens de la paix domiciliés en Ardèche prennent la direction du commissariat de Vénissieux (Rhône) pour prendre leur service. Tous deux sont montés sur une moto Suzuki 600 lorsqu'ils sont accidentellement percutés vers 4h30 par le conducteur d'un poids lourd qui leur coupe la route sur le Boulevard du Rhône, commune de Vienne (Isère).

L'accident est fatal aux deux jeunes policiers : Mickaël Jomard, vingt-neuf ans, marié à Viviane et père de trois enfants âgés de huit, cinq et un ans. La famille était domiciliée sur la commune de Peyraud. Sylvain Courbon, vingt-quatre ans, et sa compagne, vivaient sur la commune de Quintenas.

Le conducteur du semi-remorque de 19 tonnes, Mohamed El-Harche, trente-huit ans, est placé en garde à vue avec un taux d'alcoolémie de 0,42mg. Il est mis en examen pour "homicides involontaires" et "conduite sous l'empire d'un état alcoolique". L'enquête est confiée à la Compagnie républicaine de sécurité autoroutière Rhône-Alpes-Auvergne.

8 Septembre 2008. La cour d'appel de Grenoble (Isère) condamne El-Harche à cinq ans d'emprisonnement, peine assortie d'un sursis de deux ans et six mois. Il se voit interdit d'exercer la profession de chauffeur de poids-lourds.

Sources :
Le Parisien, article du 19/04/2008, "Deux policiers tués dans une collision avec un chauffard ivre"
LyonMag, article du 08/09/2008, "5 ans de prison pour avoir tué deux policiers"
Si vous êtes un proche de l'une des victimes, merci de me contacter.

Yvan LLOPIS

2008 - Le brigadier-chef Yvan Llopis est est fauché par le conducteur d'un véhicule alors qu'il supervise un contrôle routier.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mardi 26 Février 2008. Le brigadier-chef Yvan Llopis supervise un contrôle routier sur l'Avenue Félix Gouin à Istres (Bouches du Rhône). Cette artère située en plein centre, est si dangereuse que la vitesse se trouve limitée à 45km/h.

Vers 11h30, Alain Truffert, trente-neuf ans, conduit sa camionnette sur la même avenue. Il ne circule pas à une vitesse excessive, et n'a pas bu d'alcool, ni consommé de produits stupéfiants. Pour une raison encore ignorée, ce dernier fauche le policier qui essayait de l'intercepter.

Yvan Llopis décède des suites de ses blessures le lendemain à l’Hôpital Nord de Marseille. Il avait quarante-deux ans et était marié à Sandra ; il laisse ses deux enfants Rémi, treize ans, et Chloé huit ans.

Décrit comme un grand sportif très investi auprès des jeunes à travers le football, il avait fait "Sport Études" à Cannes, mais après un accident de cyclomoteur, sa carrière sportive professionnelle a été compromise. Il a passé avec succès le concours de gardien de la paix en 1988.

Originaire de l'Hérault, il avait commencé sa carrière à Paris, avant d'être muté à Marseille, à la Ciotat, et enfin à Istres, où il dirigeait l'unité d'ordre public et de sécurité routière. Terrible ironie du sort, il était devenu l'interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en matière de sécurité routière et d'accidentologie.

La Rue Chantournée, jouxtant le commissariat, porte désormais le nom Yvan Llopis.

Relaxé en première instance, Alain Truffert est condamné en appel par tribunal d'Aix-en-Provence à douze mois de prison avec sursis et un an de suspension de permis de conduire.

Sources :
Journal officiel du 07/03/2008, page 4268, "Citation à l'ordre de la nation"
La Provence du 26/11/2010, "Prison avec sursis pour celui qui a fauché le policier Llopis"

Dominique BOYER

2008 - Le gardien de la paix motocycliste Dominique Boyer est victime d'un accident de la circulation alors qu'il est en service. Âgé de 39 ans, il était marié et père de deux enfants.
Samedi 26 Janvier 2008. Une section de policiers motocyclistes circule sur le Boulevard des Droits de l'Homme, commune de Bron (Rhône). Il est 14h30.

Alors qu'il est sur le point d'atteindre le rond-point proche des bâtiments de la Compagnie républicaine de sécurité N°45, le gardien de la paix Dominique Boyer perd le contrôle de son engin et chute lourdement sur la chaussée.

Rapidement dépêché sur les lieux, les services des secours constatent que le pronostic vital du motard est sérieusement engagé. Le SAMU décide de son transport vers l’Hôpital Édouard Herriot mais le policier succombe à ses blessures avant son admission.
Dominique Boyer allait fêter ses quarante ans. Il était marié à Ghislaine, et heureux père de deux enfants : Mathilde et Geoffrey, une famille qu’il adorait. Passionné de course à pied, il était le membre du club Corbas Running qui lui laisse un hommage en organisant un challenge annuel à son nom.
Sources :
Corbas running, site officiel, page "10km de Corbas, challenge "deck"

Liens similaires