Dominique DUTILLEUL

2003 - Le commandant Dominique Dutilleul est victime d'un accident de la route alors qu'il enquête sur un vaste réseau de trafic de stupéfiants dans la région picarde. Marié et père de 4 enfants, il avait 44 ans.
Dimanche 21 décembre 2003. Deux membres de l'unité d'organisation et de commandement du Groupe d'Intervention Régional de Picardie se rendent à Abbeville (Somme) afin d’y exercer des surveillances dans le cadre d’une enquête sur un vaste réseau de trafic de stupéfiants.

Circulant sur la RN1, dans la côte de Mouflers, le véhicule du Commandant de police Dominique Dutilleul et de l’Adjudant-chef de gendarmerie Pascal Parys, est percuté de plein fouet par un véhicule de location venant en sens inverse qui s’est déporté sur la voie de gauche.

Le choc est très violent. Le Commandant Dutilleul est tué sur le coup tandis que l'Adjudant-chef Parys est grièvement blessé. Le conducteur de la camionnette en faute n’est que légèrement blessé.

Entré dans la police en 1981 comme gardien de la paix au commissariat de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), Dominique Dutilleul était devenu inspecteur de police à Alfortville (Val de Marne), puis en 1991 au Commissariat d’Abbeville. Promu Commandant en 2003, il officiait au Groupe d’intervention régionale de Picardie depuis sa création en Juin 2002.

Dominique Dutilleul avait quarante-quatre ans. Marié et père de quatre enfants, il repose désormais à l’abbatial Saint Riquier (Somme). Ses obsèques solennelles ont eu lieu en présence d’un important contingent de policiers, de gendarmes et de douaniers de la région. Il a été cité à l’ordre de la Nation, il s’est vu remettre la croix de chevalier de l’ordre national du mérite ainsi que la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement.

Sources :
Journal officiel n°300 du 28 décembre 2003 page 22377, texte n° 58, "Citation à l'ordre de la nation"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.