Alain MELLER

1990 - Le gardien de la paix Alain Meller est fauché par un automobiliste en état d'ivresse lors d'un contrôle routier. Il avait 49 ans.
Jeudi 13 Décembre 1990. Un équipage de police du corps urbain de Bandol (Var) établit un contrôle routier sur la route départementale 559 en direction de Sanary-sur-Mer. Équipés de gilets fluorescents, de bâtons lumineux et de panneaux triflashs, ils font ralentir les véhicules qui se présentent sur le dispositif.

Vers 23h00, un conducteur roule en plein phare et s'engage à vive allure en état d'ivresse sur le dispositif, sans jamais ralentir. Il fauche à pleine vitesse le gardien de la paix Alain Meller, quarante-neuf ans, qui tentait en vain de lui faire signe de s'arrêter. Projeté à plusieurs mètres du point de choc, le policier décédait des suites de ses blessures.

Le malfaiteur était intercepté par deux motards de la police à plusieurs centaines de mètres des lieux du drame. Gérald Orusa, vingt-sept ans, accusait 2,28g d'alcool par litre de sang.

3 Juillet 1992. Le tribunal correctionnel de Toulon condamne Gérald Orusa à dix-huit mois de prison dont quatre mois fermes pour "homicide involontaire" et "conduite en état d'ivresse".

Sources :
Le Monde, article du 15/12/1990, "Un policier tué par un chauffard dans le Var"
Mieux vivre Sanary N°200, Décembre 2015, page 11, "Un triste anniversaire"

Robert WLODARCZYK

1990 - Le gardien de la paix Robert Wlodarczyk est fauché volontairement par un malfaiteur qui refuse d'obtempérer à une sommation de s'arrêter près de Lens.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Samedi 1er Décembre 1990. Un équipage de police de la Brigade de nuit de Lens (Pas-de-Calais) procède à un contrôle routier sur la commune d'Avion. Le conducteur d'un Renault Espace refuse d'obtempérer et prend la fuite en direction de la commune d'Hénin-Beaumont en prenant des risques insensés. Alerté par radio, un autre équipage de police se porte sur le trajet emprunté par le fuyard et immobilise leur véhicule en pleine voie pour l'intercepter.

Lorsque le véhicule du fuyard arrive à pleine vitesse sur la voie, il ne s'immobilise pas ; le malfaiteur choisit d'accélérer d'avantage en empruntant le trottoir sur lequel se trouve pourtant le gardien de la paix Robert Wlodarczyk. Sans hésitation, le conducteur fauche délibérément le policier, lequel est projeté à plus de quarante mètres du point d'impact.

Le malfaiteur est interpellé encore au volant du Renault Espace qu'il vient d'accidenter dans un poteau indicateur. Il s'agit de Gérard Mastin, vingt-trois ans. L'enquête établit qu'il conduisait sans être titulaire du permis de conduire, et accusait un taux d'alcoolémie de 2,5g. Ce triste individu particulièrement belliqueux est mis en examen pour "homicide volontaire" et placé en détention à la maison d'arrêt de Béthune.

24 Octobre 1992. La cour d'assises du Pas-de-Calais condamne Gérard Mastin à vingt ans de réclusion criminelle. Lors des débats, ce dernier se montrait particulièrement hautain et n'affichait aucun regret. Il est malgré tout libéré dès Mai 2003 après seulement douze ans de détention. Il sera de nouveau inculpé et incarcéré pour le meurtre ignoble de son épouse en 2009 et condamné à trente ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté de vingt-deux ans. 

Sources :
L'Humanité, article du 03/12/1990, "La mort d'un policier"
La Voix du Nord du 02/02/2011, "Trente ans de réclusion pour avoir tué son épouse à coup de couteau"

Liens similaires