Jean-François DRUO

Dimanche 11 Octobre 1981. Deux rôdeurs entrent par effraction dans un cabanon attenant une maison de Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne). Surpris discrètement vers minuit par la résidente, cette dernière prévient son époux, Jean-François Druo, trente-huit ans, lequel est inspecteur de police à la 4ème Brigade Territoriale de la Police Judiciaire de Créteil (Val de Marne).

Malgré la pluie qui tombe et la pénombre, il perçoit depuis sa fenêtre des mouvements suspects. Tenu d'intervenir même lorsqu'il n'est pas en service, l'inspecteur Druo prend son arme administrative et sort pour inspecter les environs tandis que son épouse avertit police secours.

En bas, l'inspecteur Druo surprend effectivement deux truands en train de fouiller le local et les tient en respect. Mais l'un d'eux n'est pas intimidé pour autant. Il bondit sur le policier et déclenche une rixe. Il parvient alors à saisir son arme et la retourne contre lui. L'inspecteur, père de deux enfants, est atteint mortellement par trois projectiles. Son épouse, toujours présente à la fenêtre, se manifeste et est visée par un tir qui ne l'atteint pas.

Les policiers venus en renfort quelques instants après les coups de feu interpellent à moins de cent mètres des lieux du crime le meurtrier. Il s'agit de Milan Palček, vingt-cinq ans. Originaire de Montfermeil, cet individu présente un lourd passé judiciaire pour vols qualifiés, complicité dans plusieurs tentatives d'assassinats. Il donne des aveux circonstanciés. (Suites judiciaires ignorées)

Sources :
Le Monde, article du 13/10/1981, "Dans le Val de Marne, un inspecteur est tué par un jeune cambrioleur"
Le Parisien du 12/10/1981, "Le meurtrier du policier passe aux aveux."
Journal télévisé du 11/10/1981, "Fait du jour vers 17mn20"
 
Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter. 

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.