Charles MARTEAU

1979 - L'inspecteur principal Charles Marteau meurt en opération visant l'interpellation d'un malfaiteur au terme d'une périlleuse surveillance.

Page réalisée avec l'aimable autorisation de la famille Marteau.
En Mai 1979, l'antigang de Nice obtient un renseignement selon lequel un trio d'anciens militaires est sur le point d'organiser un "gros coup" dans la région. Les écoutes téléphoniques indiquent clairement qu'une opération se prépare de façon imminente, mais aucun indice ne transpire au cours des conversations. La théorie d'un enlèvement contre rançon se profile.

Mercredi 23 Mai 1979. La Brigade de recherche et d'intervention de Nice (Alpes Maritimes), forte d'une vingtaine de policiers aguerris répartis dans neuf véhicules banalisés, procède à une surveillance discrète du trio dans leurs préparatifs. Ces derniers chargent effectivement une Simca 1100 et une Audi avec des sacs remplis d'armes.

L'un des malfrats est identifié comme étant Richard Ughetto, vingt-deux ans, membre du caïdat local très défavorablement connu des services de police. Ce dernier emprunte désormais avec ses complices la Route de Grenoble jusque dans l'arrière pays niçois sans se douter qu'ils sont pris en filature par cinq véhicules de la BRI qui se relayent régulièrement. Moins d'une heure plus tard, les malfaiteurs empruntent la Route de la Vallée de la Vésubie.

Il fait nuit noire sur la route montagnarde en direction de Lantosque (Alpes-Maritimes), lorsque le sinistre trio stoppe sa progression. Le conducteur de la Simca stationne le véhicule et rejoint ses deux complices dans l'Audi. Les conditions ne permettent pas d'approcher d'avantage les individus, les policiers les perdent de vue alors qu'ils roulent tous feux éteints pour ne pas être repérés. Ils décident de rester près de la Simca, qu'ils considèrent à l'évidence comme un véhicule relais pour le retour de leur mystérieuse opération. Il est désormais 1h du matin.

L'attente est longue mais payante deux heures plus tard. Rusés, les policiers ont pris soins de débrancher les cosses de batterie de la Simca. Cependant, tout ne se passe pas comme prévu. Le conducteur de l'Audi dépose ses deux complices à une trentaine de mètres de la "souricière" et repart aussitôt. Ces deux derniers s'installent dans la Simca, qui ne démarre pas.

Interpellation. Les deux voyous se montrent évidemment peu prolixes...

Les policiers attendent désormais le retour d'Ughetto à bord de l'Audi. Pour rejoindre Nice, il n'a d'autre choix que d'emprunter un pont surplombant la Vésubie à hauteur de Saint-Jean-la-Rivière. Alors que les policiers échafaudent un plan, le véhicule du malfrat est repéré à nouveau. Les policiers décident qu'ils emprunteront le pont dans le même temps que lui pour lui barrer la route.

Montés à bord d'une Renault 30, le commissaire principal Georges Moréas, quarante-deux ans, et l'inspecteur principal Charles Marteau, trente-trois ans se placent devant l'Audi tandis qu'une autre équipe vient se placer à l'arrière. Ughetto réagit très vite et tire à plusieurs reprises à travers le pare-brise avec un pistolet de calibre 11,43. Les policiers ripostent difficilement en prenant garde d'éviter un tir croisé. Au terme de la fusillade, Ughetto est parvenu à s'enfuir en escaladant le parapet du pont et un inspecteur de la BRI est blessé par balle.

Encore abasourdis, les policiers constatent alors la disparition pure et simple de l'inspecteur principal Charles Marteau et le recherchent toute la nuit, en vain. Dans l'obscurité, ce dernier aurait chuté du parapet en poursuivant Ughetto et plongé dans le ravin.

Lundi 28 Mai 1979. La Vésubie rend le corps sans vie de l'inspecteur Marteau avec un important traumatisme crânien. Il était marié à Nelly et père d'un jeune garçon de huit ans prénommé Olivier. Il est élevé au grade d'inspecteur divisionnaire à titre posthume et cité à l'ordre de la nation.

Richard Ughetto est interpellé avec le concours de la gendarmerie locale, équipés de chiens et d'un hélicoptère. Blessé par quatre projectiles, il cavalait dans la vallée de la Vésubie encore équipé de son gilet pare-balle. Il restera muet sur l'opération qui se préparait cette nuit là.

Octobre 1981. La cour d'assises des Alpes-Maritimes condamne Richard Ughetto à dix ans de réclusion criminelle. La mort de l'inspecteur Charles Marteau n'a pu lui être imputée.

Mercredi 28 Décembre 1994. Richard Ughetto, trente-neuf ans, est abattu de plusieurs balles par trois hommes cagoulés alors qu'il regagne son véhicule stationné sur le front de mer au centre-ville de Nice (Alpes-Maritimes).

Sources et références :
Entretiens avec Olivier Marteau et Georges Moréas
Journal officiel du 31/05/1979, page 1263, "Citation à l'ordre de la nation"
La PJ de 1980, par Georges Moréas, entretien avec Georges Moréas

Sulak par Philippe Jaenada - éd. Borché 2013

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.